Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

27/04/2014

Carnet de route du CESP au Bénin

Lundi 7

 

Notre petit déjeuner est composé de baguette et de miel au goût de caramel. Nous hésitons d'ailleurs en pensant qu'il s'agit d'autre chose mais on nous confirme qu'il s'agit bien de miel, ce qui intriguera d'amblée Aurélien quant à savoir ce qui peut bien donner au miel ce goût étonnant...

 

Le responsable des IP au Bénin arrive et Bruno et Grégoire s'empressent de distribuer l'argent de poche à chacun. Et comme 1€50cents équivaut à 1000 Fr CFA, nous voilà en possession d'une masse imposante de billets, ce qui est déroutant !

 

A 10h, nous sommes tous au poste, pour le rdv avec les correspondants avec lesquels nous allons passer 2h afin de faire plus ample connaissance.

100_3515.JPG

 

Les binômes se forment rapidement et les uns partent au marché tandis que les autres se rendent dans leur famille. De notre côté, nous restons entre profs et nos correspondants nous emmènent découvrir le Séminaire Saint Pierre, véritable havre de paix, au calme, en pleine nature. L'occasion de découvrir différents arbres et plantes aux vertus diverses et de leur poser des questions sur les croyances, le rôle de ce que nous appellerions un « rebouteux » ou encore sur la place de la femme dans le foyer.

                                            100_3535.JPG

De retour à midi, « la pression monte », certains enchantés de leur matinée et déjà impatients de passer 24h avec leur correspondant dans quelques jours, et d'autres plus dubitatifs quant à l'idée de passer la nuit dans une famille béninoise.... Nous mangeons chez la belle-mère de Mathieu, l'un de nos guides béninois. Au menu : igname pilé, poulet, sauce tomatée.

 100_3550.JPG

Pendant qu'un groupe se réunit à l'école pour finaliser les chants et la « mini veillée » organisée pour la soirée métissée, un autre se rend au marché pour acheter les ingrédients nécessaires au repas. Les écoppes sont multiples et nous devons faire attention où nous mettons les pieds car de nombreux enfants en bas âge et bébés dorment à même le sol sous les étales ou à côté de celles-ci. Et puis, pas simple de négocier les prix en tant que « Yovo » (blanc) !

 

De retour à l'école, il n'est pas évident non plus de cuisiner de si grandes quantités avec si peu de matériel : deux couteaux pour découper une pièce de boeuf entière de 10Kg ! Sans compter la quantité d'oeufs à casser pour notre entrée pour plus de 40 personnes ! Et la quantité de riz à cuire ! Et sans oublier le réchaud unique qui nous sert à tout... ce qui nous oblige à « adapter » nos recettes et à utiliser des méthodes qu'il vaudrait mieux ne pas révéler à l'Afsca !!!!

100_3593.JPG

Cela n'arrive pas tous les jours non plus de cuisiner dehors et d'être interrompus par un terrible orage qui nous oblige à rentrer dans la précipitation, à cuisiner en partie dans le noir et trempés jusqu'aux os !Mais nous nous en sortons quand-même dignement avec une entrée et un plat, qui oscille finalement entre la carbonnade et le waterzooï !

100_3605.JPG

 

On décide de faire l'impasse sur le dessert car nous manquons tout simplement de récipients pour la préparation et le service et on décide d'offrir nos plaquettes de chocolat à nos chauffeurs et nos guides préférés !

 

 

Quant à nos correspondants, ils nous avaient préparé de la pâte noire (igname séché), du poisson frit, des dés de soja et un légume pimenté qui ressemble à nos épinards... Délicieux pour certains, plus difficile à apprécier pour d'autres... Certains palais mettront un peu de temps à s'habituer aux textures et aux goûts de la cuisine béninoise.

 

100_3606.JPG                                                                                  

100_3608.JPG

100_3613.JPG

 

Nous terminons la journée autour de ce repas métissé en offrant les t-shirt que nous avions ramenés pour nos correspondants et en leur contant et chantant le récit de la naissance de notre projet et de notre arrivée au Bénin.

 

Nous prolongerions bien l'échange avec les correspondants mais, si la journée fut riche en émotions, les suivantes risquent de l'être tout autant et il nous faut donc penser à rentrer !

Julie

Vous souhaitez connaître la suite des aventures de notre groupe ?Alors revenez très vite nous voir pour l'épisode des leuzois au travail chez les béninois le mardi 8...Tout un spectacle !

Noémie va vous conter cette journée exceptionnelle dès ce dimanche!

 

Les commentaires sont fermés.